(Ré)écoutez l’émission Étonnez-moi Benoît de Benoît Duteurtre avec Line Renaud sur France Musique du samedi 24 mars 2007

Georges Biard [CC BY-SA (https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0)]Jacqueline Ente, dite Line Renaud, née le 2 juillet 1928 à Nieppe, est une chanteuse, meneuse de revue et actrice française.

(Ré)écoutez l’émission Étonnez-moi Benoît du samedi 24 mars 2007 avec Line Renaud :

 

(Ré)écoutez aussi l’émission Étonnez-moi Benoît du samedi 25 décembre 2010 avec Line Renaud :

 

(Ré)écoutez aussi l’émission Étonnez-moi Benoît du samedi du samedi 12 décembre 2015 avec Line Renaud :

 

Jacqueline Enté naît dans le quartier de Pont-de-Nieppe. Pendant la Seconde Guerre mondiale, son père est prisonnier de guerre et ses petites amies la surnomment « la commandante », car elle sait ce qu’elle veut et il faut toujours l’écouter.

Elle dit avoir commencé sa carrière à l’âge de douze ans en chantant La Madelon, debout sur un tonneau, dans le café tenu par sa grand-mère.

Par André Cros — Cette photographie provient du fonds André Cros, conservé par les archives municipales de la ville de Toulouse et placé sous licence CC BY-SA 4.0 par la délibération n°27.3 du 23 juin 2017 du Conseil Municipal de la Ville de Toulouse., CC BY-SA 4.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=65986276

Line Renaud et son mari Loulou Gasté en 1972, à Toulouse.

Ayant échoué à 14 ans au certificat d’études primaires, elle est repérée lors du concours d’entrée au conservatoire de Lille : le soir même de son audition le directeur de Radio-Lille lui propose d’intégrer son orchestre ; elle s’y fait connaître sous le nom de Jacqueline Ray. Elle commence à travailler dans le music-hall à Paris en 1945 et décroche son premier engagement aux Folies-Belleville. Par l’intermédiaire de Josette Daydé, elle y rencontre le compositeur de chansons Loulou Gasté (1908-1995), de vingt ans plus âgé qu’elle, qui lui fait prendre un nom de scène. Elle choisit Renaud, empruntant à sa grand-mère Marguerite Renard son patronyme, en changeant une lettre. En 1947, elle enregistre Ma cabane au Canada qui reçoit le Grand Prix du disque en 1949. En 1950, elle épouse Loulou Gasté qui restera son mari jusqu’à sa mort en 1995. Elle enchaîne les succès avec des titres comme Étoile des neiges (1950), Ma p’tite folie (1952), Mademoiselle from Armentières (1952) ou Le Chien dans la vitrine (1952) dont les aboiements avaient été faits par Roger Carel, comme il l’explique lors de son passage au Tribunal des flagrants délires, le 12 novembre 1980. « La demoiselle d’Armentières », telle qu’elle fut longtemps surnommée du nom d’une de ses chansons, commence ainsi une brillante carrière, qui la fera connaitre un peu partout dans le monde. Pour elle, le « grand coordinateur » situé dans le ciel, pour reprendre une de ses expressions, joue un grand rôle dans son histoire.

Elle chante en 1954 au Moulin rouge, faisant salle comble, récoltant plusieurs prix cette année-là, suscitant la jalousie d’Édith Piaf. Elle part grâce à Bob Hope pour les États-Unis chanter dans des palaces de New York et Los Angeles, et dans l’Ed Sullivan Show. La première a lieu le 1er février 1955 à l’Empire Room, cabaret du Waldorf Astoria hôtel de New York. À cette occasion, elle reçoit plus de 300 télégrammes d’encouragement (Vincent Auriol, René Coty, personnalités du spectacle, …dont Édith Piaf,..). Elle est ainsi la première française à paraître dans un show à la télévision américaine, déjà en couleur. Elle chante en duo avec Dean Martin Relaxez-vous. Fin 1955, elle est la première interprète française à reprendre une chanson Rock and Roll : Tweedle Dee de Lavern Baker. En 1959, elle devient meneuse de revue au Casino de Paris, puis elle est engagée au Dunes, un casino de Las Vegas entre 1963 et 1965. Elle chante aussi à Londres. Son succès l’amène à fréquenter le gotha ou encore la jet set.

Fréquentant Nate Jacobson, le fondateur du Cæsars Palace de Las Vegas, son amant pendant 18 ans, elle participe par ailleurs à la création de cet hôtel-casino (au niveau de la décoration et de la salle de spectacle).

En avril 1960, elle est la marraine de Johnny Hallyday pour sa première apparition télévisée dans l’émission L’école des vedettes d’Aimée Mortimer.

Elle présente à la télévision l’émission Line directe dans les années 1970.

Dans la même décennie, elle est productrice de spectacles engageant Tony Bennett pour le Kings Castle de Las Vegas.

Dans les années 1980, elle produit le show télévisé Telle est Line sur Antenne 2, et commence une carrière au théâtre. Dans les années 1980, elle chante Le Soir avec Dalida, dont elle est une amie très proche.

Dans les années 1990, alors que l’hôtel casino Paris Las Vegas est en projet, elle contacte le maire de Paris Jean Tibéri afin qu’il autorise la construction d’une réplique de la tour Eiffel sur le bâtiment. Elle devient directrice artistique de l’établissement et convie Catherine Deneuve et Charles Aznavour pour l’inauguration en 1999, chantant par ailleurs sur scène avec Michel Legrand.

Le 6 décembre 2008, elle est présidente du jury de l’élection de Miss France 2009. Dix ans plus tard, elle renouvelle l’expérience en présidant le jury de Miss France 2019.

Photo Georges Biard

Line Renaud en compagnie de son époux, Loulou Gasté, au festival de Cannes 1990.

Elle est membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de paix et de non-violence, et vice-présidente de l’association Sidaction. Fin 2009, elle s’associe aux critiques de Pierre Bergé contre le Téléthon.

Après trente ans d’absence, elle revient à la chanson et enregistre un nouvel album signé chez Warner Music Group et qui s’intitule Rue Washington (en référence au studio d’enregistrement Labomatic situé dans cette rue). Réalisé par Dominique Blanc-Francard, l’opus inclut deux duos, le premier avec Johnny Hallyday, Un monde merveilleux, reprise en français de What a Wonderful World, le deuxième avec Mylène Farmer, C’est pas l’heure, paroles de Mylène Farmer, musique de Laurent Boutonnat. Collaborent entre autres à ce projet, Julien Clerc, Christophe Maé, Grand Corps Malade, Marc Lavoine, Michel Delpech, Salvatore Adamo, Alain Chamfort, Gaële, Damien Robitaille, Bernard Beaupère, Jean-Karl Lucas et Émilie Satt. Le titre Les Torrents d’amour est extrait de l’album, qui se classe à la 24e place des meilleures ventes à sa sortie en novembre 2010.

Les 24 et 25 mai 2011, Line Renaud est en concert, pour la première fois de sa carrière, à l’Olympia.

En octobre 2017, elle inaugure une rue portant son nom à Las Vegas. La voie, située à proximité du mythique Strip, la gigantesque artère qui traverse la ville, permet d’accéder à une entrée secondaire du casino Caesars Palace. La « Line Renaud Road » se trouve non loin des rues portant les noms de ses amis Frank Sinatra et Dean Martin.

En 2019, Brigitte Macron lui remet le prix de la femme la plus optimiste de France.

Plus d’informations sur : https://fr.wikipedia.org/wiki/Line_Renaud

Son actualité sur : https://linerenaud.skyrock.com/

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.