Benoît Duteurtre au Havre – Dans le sillage de Dufy – Par Pauline Sommelet – Point de vue n°3710 – 28 août au 3 septembre 2019

Benoît Duteurtre au Havre

Dans le sillage de Dufy

Le musée André-Malraux consacre une splendide rétrospective à Raoul Dufy.

Dans ses toiles enchanteresses, l’enfant du pays célèbre aussi bien les cargos chargés de marchandise que le littoral chic de Sainte-Adresse. Une œuvre empreinte d’un parfum Belle Époque auquel l’écrivain Benoît Duteurtre, lui aussi né au Havre, est particulièrement sensible. Visite guidée.

Par Pauline Sommelet Photos Christel Jeanne

Il n’en revient pas, Benoît Duteurtre. En ce mardi 13 août à la météo maussade, l’exposition Raoul Dufy et Le Havre fait le plein de visiteurs absorbés dans la contemplation des tableaux du maître. Face à l’horizon plombé que l’on devine à travers les larges baies vitrées du musée d’art moderne André-Malraux, les Sortie de régates au Havre et autres Plage de Sainte-Adresse offrent leur contrepoint coloré, toiles vibrantes de vagues et drapeaux battus par le vent. «Quand j’étais adolescent, se souvient l’écrivain, il n’y avait personne dans ces salles ! Il faut dire que les musées étaient moins à la mode qu’aujourd’hui. Les gardiens, souvent d’anciens soldats rescapés de la guerre, promenaient leurs silhouettes éclopées devant les chefs-d’œuvre de Monet et Boudin. Bien qu’un peu inquiétants, ils ne m’empêchaient pas de passer des heures à admirer les toiles de Dufy.» Dépositaire d’un fonds exceptionnel de soixante-dix tableaux légués par la veuve de l’artiste en 1963, le musée a rassemblé pour cette exposition bien d’autres œuvres disséminées à travers le monde. Depuis les premières marquées par l’impressionnisme et le fauvisme jusqu’à celles aux lignes zigzagantes typiques de la propre manière du peintre, toutes ont en commun de restituer des paysages emblématiques de ce littoral normand, du boulevard Maritime à Notre-Dame-des-Flots. «Le Havre est une ville de peintres, souligne encore Benoît Duteurtre. Georges Braque, Othon Friesz se sont formés à l’école municipale des beaux-arts, tout comme Dufy et de Saint-Delis. Avant eux, Monet, bien sûr, figure incontournable, y vécut à partir de 5 ans. Une de ses toiles conservées ici, représentant Les Falaises de Varengeville, est un pur chef d’œuvre. Autour de 1900, la ville en pleine expansion grâce au commerce maritime a abrité une vie artistique foisonnante, notamment en peinture, mais aussi en littérature et en musique.» Au milieu des paysages marins, un petit violon rouge, mais aussi un piano ouvert sur une partition de Debussy, peints par Dufy plus tard dans sa carrière, font figure d’interlude. «On a peine à l’imaginer aujourd’hui, mais les cafés-concerts et les lieux où l’on chantait étaient extrêmement nombreux au Havre», souligne l’écrivain spécialiste de musiques légères – il anime depuis vingt ans sur France Musique une émission consacrée à ce répertoire. «A l’adolescence, je me passionnais plutôt pour la musique contemporaine, mais Debussy était déjà l’un de mes compositeurs favoris. Cette toile de Dufy représentait pour moi la quintessence de tout ce que j’aimais dans l’art.» Avant de conclure, un brin nostalgique: «Mais ce qu’évoque le mieux pour moi la peinture de Dufy, c’est cette joie de vivre, cette légèreté colorée pleine de charme que l’on retrouve chez Offenbach ou Sacha Guitry. Une forme heureuse de l’art moderne, souvent dénigrée, que je trouve pourtant essentielle.»

Face à l’Estacade du casino Marie-Christine à Sainte-Adresse (1906), la plage d’aujourd’hui déploie ses cabanes repeintes selon une charte graphique de l’artiste Karel Mertens. Cette œuvre pérenne s’inscrit dans le cadre de la manifestation annuelle d’art contemporain, Un Été au Havre, lancée en 2017 à l’occasion du 500e anniversaire de la ville.

Sur La Plage de Sainte-Adresse, une toile de 1906, Benoît Duteurtre désigne la Villa maritime, ancienne propriété de l’auteur de théâtre Armand Salacrou. «Quand j’étais jeune et que je rêvais de gloire littéraire, je suis allé, au culot, sonner à sa porte. Il m’a reçu très aimablement et prodigué quelques conseils avec beaucoup de gentillesse. » L’écrivain raconte cet épisode, et d’autres souvenirs de sa jeunesse havraise, dans son livre L’Été 76. Léguée à la ville par son propriétaire, la Villa maritime dresse toujours sa silhouette emblématique sur le littoral.

Pavoisé et grouillant de vie en 1925, en l’honneur de cette Fête maritime et visite officielle au Havre, le port d’aujourd’hui a perdu de son exubérance. Le ballet des porte-conteneurs a remplacé celui des paquebots en partance pour de romanesques transatlantiques. «Dans mon enfance, c’était encore un endroit haut en couleur, entre les docks, les entrepôts et les cargos qui arrivaient en permanence », se souvient Benoît Duteurtre.

L’estacade, cette jetée de bois à claire-voie sur pilotis que la mer couvre et découvre au gré des marées, accueille toujours les promeneurs. Si les baigneurs étaient nombreux en 1906, date du tableau La Baignade de Raoul Dufy, ils sont moins courageux en août 2019 !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.