Gabriel Bacquier – Les grands entretiens de France Musique par Benoît Duteurtre

Gabriel Bacquier (1/5) : « Je n’étais pas du tout volontaire pour ce métier ! »

Dans ce premier épisode, Gabriel Bacquier raconte son enfance à Béziers dans une famille de cheminots. Il découvre la musique grâce au phonographe de son père, mais ne se destine pas tout de suite au métier de chanteur : il aime jouer la comédie, et rêve d’entrer aux Beaux-Arts…

Gabriel Bacquier (2/5) : « La Monnaie a fait de moi ce que je suis devenu ensuite »

Au début des années 50, le baryton Gabriel Bacquier chante surtout de l’opérette au sein de petites compagnies : « Le samedi, on répétait dans un bistrot à la Porte Saint-Denis, et le dimanche matin on prenait le car jusqu’à Valenciennes… » Il intègre ensuite la troupe de la Monnaie de Bruxelles.

Gabriel Bacquier (3) « Si je fais une chose, je me donne à fond. Et au fur et à mesure je finis par y croire ! »

En 1960, Gabriel Bacquier est invité par le directeur du Festival d’Aix-en-Provence Gabriel Dussurget pour y chanter le rôle-titre du « Don Giovanni » de Mozart. Cette expérience marque le début d’une riche collaboration avec le festival, et une nouvelle étape dans sa carrière de chanteur lyrique.

Gabriel Bacquier (4/5) : « Je n’ai jamais eu le trac »

Dans ce quatrième volet de nos entretiens, le baryton Gabriel Bacquier se souvient notamment des grands chanteurs avec lesquels il a travaillé au cours de sa carrière : Montserrat Caballé, Tereza Berganza, Alain Vanzo…

Gabriel Bacquier (5/5) : « C’est le côté familial qui est pour moi plus important que tout le reste »

Dernier volet de nos entretiens avec le baryton Gabriel Bacquier.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.